[SCREEN] Wolverinette

Dernier né d'une franchise X-men en dents de scie, Logan de James Mangold offre un requiem violent au mutant le plus sauvage et le plus cool d'entre tous. L'oeuvre est directement inspirée du comics Wolverine old man. Hormis une fausse note pour le moins grinçante, le film est sans doute l'un des meilleurs de la saga.  

 

Ambiance crépusculaire, silences de western apocalyptique et vastes étendues pour ce road movie haletant qui jure avec les précédents volets. Le Combat de l'immortel bousculait déjà nos perceptions, mais jamais on n'a vu d'épisode X-men aussi réaliste et violent !  

Synopsis : Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

Synopsis : Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

Cet opus brutal fleure bon le pus, la sueur et le sang ! Mais ne nous y trompons pas, sous cet aspect quelque peu organique point une réflexion sur le monde immatériel dans lequel nous projettent parfois les nouvelles technologies. 

 

Boyd Holbrook fait figure de véritable rock star : tatouages, dent en or et main bionique. Il campe un ex-militaire reconverti en parfait bad-ass à la tête d'une troupe de mercenaires... arborant eux-aussi des membres métalliques.   

[SCREEN] Wolverinette

Traçant d'abord les cercles vicieux de la déchéance et de l'addiction, le film traite en réalité de l'homme augmenté : membres bioniques, armes high-tech et bien sûr drones !

 

Face à la montée des nouvelles technologies, le style de combat de Logan a radicalement évolué : à la fois plus agressif et plus acrobatique que dans les précédent volets. Membres coupés, visages transpercés et pluie d'hémoglobine agrémentent un film qui, malgré sa cruauté, fait l'apologie de la famille... quand bien même celle-ci serait décomposée.   

[SCREEN] Wolverinette

C'est là qu'intervient Daphné Keen ; campant une jeune mutante ressemblant étrangement à Wolverine (Hugh Jackman), la jeune actrice se révèle très convaincante. 

 

Fonctionnant d'abord sur le mode du signal-réflexe ("tu me touches, t'es mort"), elle se laisse peu à peu apprivoiser par ce triangle relationnel un peu particulier : Logan tient le rôle du père tourmenté et alcoolique, "Wolverinette" est donc l'ado écorchée... reste le rôle de la maman-poule un peu délirante assumé par un Charles Xavier en fin de course, quoique s'offrant régulièrement des fulgurances humoristiques. 

 

Très peu de choses sont dévoilées sur l'héritière de Logan, sans doute pour qu'on commence déjà à cogiter sur les aventures prochaines de la jeune mutante.

[SCREEN] Wolverinette

                                                             [SOILER ZONE]

 

Dès les premières minutes du film, on comprend que le héros ne va pas faire de vieux os.  Wolverine était voué par sa condition naturelle de mutant à l'immortalité : mais c'est finalement l'adamantium - originellement implanté pour le rendre plus fort - qui empoisonne son corps.

 

Idem pour les membres de Reavers, lancés aux trousses de Logan. Leur armement de haute technologie ne peut rien contre les pouvoirs des jeunes mutants. Pouvoirs rappelant bien évidement des éléments naturels tels que le vent et la foudre. 

 

L'être augmenté et armé serait donc voué à crouler sous le poids de sa propre perfection ?

 

Mais si le film constitue une charge contre la violence des guerres modernes et contemporaines, il introduit un nouveau type d'affrontement ; froid celui-là, immatériel et venu du futur. Cyber-guerre, émanations chimiques, sabotage de l'eau du fermier d'à côté : voilà le nouveau credo du guerrier !  "Y a plus d'fusils dans la vallée", qu'y disaient !  

 

[SCREEN] Wolverinette

Le passage qui dévoile les origines de la fille de Wolverine est de loin le plus passionnant, car le plus voilé de mystères ! Un peu comme dans le très addictif Instinct de Survie, les clefs de l'intrigue nous sont rendues en différé au moyen d'un enregistrement vidéo amateur. L'air de rien, Logan pose ainsi les bases nouvelles de la "Tube Reality" (oui j'invente des concepts !) ; cousine du vilain génie télévisuel. 

 

Filmez en cachette les exactions de votre entreprise pour les revendre ensuite à des hébergeurs de vidéos, et si votre gosse saute d'un pont, dégainez votre smartphone ! J'abuse mais c'est un peu ça quand même.

[SCREEN] Wolverinette

Last but not least ; le choix de prendre comme ennemi ultime une version sombre de Logan représente la plus grosse bourde du film ! On comprend bien la démarche : Logan luttant contre sa part bestial lors d'un dernier combat. C'est malheureusement gros comme une maison et d'une prévisibilité navrante ! 

 

Sans parler du manque de charisme de cette fameuse version bad ass de Wolverine : muet, inexpressif, sans consistance... s'ils l'avaient affublé d'une combinaison jaune, l'effet aurait peut-être été plus saisissant ! 

[SCREEN] Wolverinette

Loin d'être le film totalement sombre qu'on a pu dépeindre, Logan se construit en clair obscur : si l'oeuvre prône le désarmement, elle fait l'éloge indirect de la guerre chimique et informatique. En gros, la guerre éclair semble avoir été remplacée par la guerre des boutons !  

 

Dur de dire adieu aussi vite à un personnage (maintenant indissociable de l'acteur qui l'incarne) que l'on suit au cinéma depuis presque 20 ans. Mais le combat de l'immortel n'est pas tout à fait terminé : si Logan offre une fin de rêve au héros emblématique des X-men, l'oeuvre pose en même temps les bases d'une nouvelle génération de mutants.  

 

ARENA RULES

Angeline 15/03/2017 22:26

j'aime me promener ici. un bel univers.

School Arena 24/03/2017 06:51

Merci :) :) :) !

School Arena  -  Hébergé par Overblog